Le paquebot Queen Mary 2 après sa rénovation majeure de 2016

Queen Mary 2

Le paquebot Queen Mary 2 n’est pas un paquebot comme les autres. C’est avant tout un liner transatlantique. Effilé et majestueux, il a été conçu aux Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire pour pouvoir naviguer sur toutes les mers et par tous les temps.

Le navire amiral de la flotte Cunard est probablement le plus beau paquebot de sa génération. Chaque détail rappelle l’âge d’or des croisières, tout en offrant une des expériences de voyages des plus modernes. Pour profiter pleinement du navire : 14 ponts spacieux et de vastes espaces : salles à manger extravagantes, salles de bal, théâtre, salons…

En 2016, le Queen Mary 2, navire amiral de la flotte Cunarda fait l’objet de rénovations majeures pour un montant de 132 millions de dollars. Le chantier s’est déroulé aux chantiers Blohm + Voss de Hambourg. 25 jours de travaux ont été nécessaires pour adapter le navire aux attentes des passagers. La nouvelle décoration, de style contemporain, s’inspire d’éléments art déco de l’historique paquebot Queen Mary qui est aujourd’hui transformé en hôtel à Los Angeles.

Focus sur les nouveautés apportées au Queen Mary 2 après rénovation

  • 30 nouvelles cabines avec balcon dans la catégorie Britannia Club
  • 15 cabines single font leur apparition
  • Réduction de la taille du casino (pour l’ajout des cabines single)
  • Déplacement de la galerie photo
  • Modification de l’offre de restauration
  • Déco revue dans de nombreux espaces publics
  • Agrandissement du chenil pour accueillir 24 passagers à 4 pattes au lieu de 12 et aire de jeux avec réverbère et bouche à incendie
Queen Mary 2 - nouvelles cabines

Cabines Britannia Club – Pont 13

Pour mieux découvrir le Queen Mary 2 ou le redécouvrir avec toutes les nouveautés mise en place en 2016 – en détail et en images – voici tout ce qui vous attend à bord du Queen Mary 2, le seul liner du monde à effectuer la ligne transatlantique régulièrement entre l’Europe et les Etats-Unis.

Caractéristiques techniques du Queen Mary 2

  • Construit aux Chantiers de l’Atlantique de Saint Nazaire
  • Entrée en service 12 janvier 2004
  • Rénovation en 2008, 2011, 2014, 2016
  • 2 691 passagers
  • 1 292 membres d’équipage
  • Longueur : 345 m
  • Largeur : 39,93 m
  • Hauteur : 72 m – Elle a été restreinte pour pouvoir passer sous le Pont Verrazano de New York. A marée haute, 3 mètres séparent le point culminant du mât radar et le tablier de l’ouvrage.
  • Tonnage : 151 400 tonneaux
  • Vitesse maximum : 30 nœuds
  • Vitesse de croisière: 28 nœuds
  • 22 ascenseurs
  • 14 ponts dont 12 réservés aux passagers
  • 1 355 cabines dont 77,6% de cabines extérieures
  • 10 restaurants
  • 14 bars et salons
  • Bibliothèque avec près de 8 000 ouvrages dont certains en français
  • Exposition d’œuvres d’art d’une valeur de 5 millions de $
  • Théâtre
  • Espace Illumination : il sert de cinéma, d’auditorium, d’amphithéâtre et abrite le 1er planétarium jamais construit sur un navire
  • Salle de bal (Queens Room)
  • Casino
  • Discothèque
  • 4 piscines dont 2 intérieures
  • 6 bains à remous
  • Spa avec sauna et hammam
  • Piste de jogging, simulateur de golf et jeux de ponts
  • Play zone pour les enfants
  • Boutiques
  • Chenil
  • Laverie automatique en libre-service
  • Voltage (en cabine) : 110/220 volts

Brochure et plans des ponts Queen Mary 2

Téléchargez les plans des ponts du Queen Mary 2 – édition 2016

La démesure du Queen Mary 2

  • Cinq fois plus long que le premier navire de Cunard, Britannia (70 mètres).
  • 44,8 mètres de plus que la Tour Eiffel (299,92 mètres).
  • Seulement 35,66 mètres de moins que l’Empire State Building (380,39 mètres).
  • Aussi long que 41 bus de Londres (9,44 mètres chacun).
  • D’une hauteur de 72 mètres, il est plus haut que la Statue de la Liberté, la Tour de Londres ou le Colisée à Rome.
  • La corne de brume du Queen Mary 2 se fait entendre jusqu’à 10 miles.

Queen Mary 2 - Comparaisons

Embarquement à bord

Le Grand Lobby

Dès que l’on embarque à bord, le majestueux Grand Lobby impressionne. Il s’étend sur six ponts et son escalier permet d’accéder aux boutiques situées plus haut. On peut y voir des œuvres d’art uniques. C’est dans le grand lobby que se trouvent la réception et le bureau des excursions. Les ascenseurs panoramiques ont été supprimés en 2016 rendant l’espace encore plus majestueux.

Queen Mary 2 - Lobby 2016

Bureau information et bureau des excursions

Le bureau des excursions est une véritable petite agence de voyage on vient y chercher des informations sur les excursions. On peut aussi y organiser un programme sur mesure avec réservation de taxis ou location de véhicules pour un programme personnalisé.

La passerelle

Les cabines

Nouvelles cabines Britannia Club

Trente cabines de cette catégorie ont été positionnées à des endroits privilégiés du navire. Elles disposent d’un large balcon et sont particulièrement spacieuses. La déco reflète l’élégance de la compagnie avec un style très contemporain. Les coloris des murs sont doux et neutres avec des tissus d’ameublement bleu impérial rehaussé par des touches de couleur dorée. Une très belle collection de photos en noir et blanc habille les murs côté salon – clin d’œil à l’héritage Art Déco de Cunard – alors que la moquette reprend les motifs géométriques déjà présents à bord du premier Queen Mary.

Queen Mary 2 - Cabine Britannia Club avec balcon - 2016

©Cunard

Réserver une cabine Britannia Club offre l’accès, sans contrainte d’horaires, au restaurant Britannia Club – une enclave intimiste et privative dans la célèbre et unique salle de restaurant Britannia.

Cabines Britannia single

Pour répondre à la demande des passagers solos, la compagnie a ajouté des cabines spécifiques. En effet, dans la plupart des compagnies de croisière, les cabines individuelles n’existent pas et les croisiéristes solos sont contraints de réserver des cabines « standards » pouvant accueillir deux passagers et donc de payer un prix plus élevé.

Neuf cabines extérieures, d’une superficie de 17 m², sont situées sur le pont 2 avec une belle hauteur sous plafond et un caisson lumineux pour rendre ces cabines encore plus agréables. Six autres cabines extérieures sont situées à bâbord, sur le pont 3L. Avec une superficie de plus de 16 m², ces nouvelles cabines avec deux grandes fenêtres rondes encadrant une console, offrirent un bel équilibre dans les proportions, comme rarement offert pour des cabines individuelles.

Les passagers solos qui voyagent avec Cunard ne sont jamais seuls. Des activités leurs permettent de rencontrer plus facilement d’autres voyageurs et les Gentlemen hosts sont également présents pour les accompagner lors des cours de danses de salon ou pour les soirées dansantes. Voir l’article sur les traditions à bord et l’interview d’un Gentleman host.

Suites Princess Grill et Queens Grill

La configuration de toutes les suites a changé avec désormais plus de délimitation entre l’espace nuit et l’espace salon tout en maximisant l’espace. Les traditionnelles couleurs bleu et rouge de Cunard sont présentes et complétées par des teintes plus neutres et des tons contrastants de bois sombres et clairs pour apporter dans un cadre résolument contemporain avec une touche Art Déco.

Nouvelles Suites 2016

Avant 2016

Beau livre : Routes maritimes – 5000 ans d’aventures sur les mers

Routes maritimes, le livre idéal pour tous les amoureux d’océans et de croisières

Routes Maritimes - Dayan livreRoutes maritimes
5000 ans d’aventures sur les mers
 

  • Prix : 29,95€
  • 256 pages
  • Format : 21 x 28 cm
  • Editeur : Gründ
  • Sortie octobre 2016

Dans ce journal de bord, Alain Dayan nous entraîne dans le sillage des routes tracées depuis l’Antiquité par les grands navigateurs, sur toutes les mers et tous les océans. C’est l’occasion de découvrir des sites naturels remarquables à chaque escale et de se laisser conter des rencontres et des histoires authentiques.

En filigrane, surgissent les grandes figures de l’aventure maritime, les portraits de Magellan, Amundsen et de bien d’autres encore. Ce second récit, inscrit dans l’Histoire, recèle de véritables trésors, anecdotes, présentation des instruments de navigation, description des bateaux…

Photos récentes, documents anciens, dessins de naturalistes, cartes marines ou affiches publicitaires des compagnies maritimes illustrent richement l’ouvrage. 

L’auteur

Alain Dayan, réalisateur et producteur, a produit une collection de plus de 120 films « Croisières à la découverte du monde », en partenariat avec la chaîne Voyage, diffusée sur plusieurs chaines de télévision françaises et dans plus de 40 pays. Il s’agit de la plus importante série documentaire jamais réalisée sur la thématique des bateaux, tournée sur toutes les mers du monde.

Queen Elizabeth - Les Aventures d'un Gentleman Voyageur - Simon AllixAvec Simon Allix, il est également l’auteur de l’ouvrage Les aventures d’un gentleman voyageur, 117 jours atour du monde, à bord du paquebot Queen Elizabeth. Une voyage d’exception, une croisière innoubliable à travers le monde et aussi un parcours à la rencontre des hommes et des femmes du navire, passagers et membres d’équipage.

L’ouvrage est paru chez Arthaud, il est le prolongement du documentaire éponyme produit par Voyage et France 5 que vous pouvez retrouver ici sur Escale Croisière.

Ce que j’en pense…

Logo Escale Croisière

Ce très beau livre est riche en histoire. Il comporte de nombreuses illustrations, photos, affiches, gravures, tableaux. Chaque escale nous emmène à la découverte des grands explorateurs. 

A la lecture de ce livre, on redécouvre les escales et leur histoire, on navigue au travers des pages comme on naviguerait sur l’océan à bord d’un paquebot. Une livre idéal à lire et à relire avant ou après chaque croisière pour se plonger au cœur des voyages en mer autour du monde.

Beau livre : Harmony of the Seas – Naissance d’un géant des mers

Paquebot Harmony of the Seas, le livre de la construction

Livre Harmony of the Seas - Naissance d'une géantHarmony of the Seas,
Naissance d’un géant des mers
 

  • Prix : 35€
  • 216 pages
  • Format : 26 x 28,5 cm
  • Edition La Martinière
  • Sortie 20 octobre 2016

Avec ses 227 000 tonneaux de jauge brute, soit trois fois le volume du paquebot France, l’Harmony of the Seas n’a pas usurpé son titre de « plus grand paquebot du monde ». Sa fiche technique impressionne : 362 mètres de longueur, 66 mètres de largeur, 18 ponts, 8 500 personnes à bord y compris l’équipage. Il aura fallu 10 millions d’heures de travail pour que surgisse le navire de tous les records. 

Plus étonnante encore est la performance des chantiers STX France à Saint-Nazaire, qui ont mené à bien la construction de ce géant des mers dans un délai très serré, trois ans et quatre mois. 

Cet exploit technologique salué dans tous les milieux industriels est au cœur de cet ouvrage, qui relate, tel un journal de bord émaillé de nombreuses interviews des principaux acteurs du chantier, la passionnante saga de la fabrication du paquebot. De la commande à la livraison, on voit, jour après jour, les bâtisseurs du navire à l’œuvre.

Un témoignage passionnant sur un défi technologique qui a fait l’objet d’une formidable aventure humaine. 

Les auteurs

Yves Rochcongar est journaliste au quotidien Ouest-France. Il a été un témoin privilégié de la construction navale française. Il a publié plusieurs ouvrages sur ce thème dont Des navires et des hommes, de Nantes à Saint-Nazaire, 2000 ans de construction navale (Maison des hommes et des Techniques, Nantes, 1999).

Bernard Biger a fait une grande partie de sa carrière aux Chantiers navals de Saint-Nazaire d’abord dans les bureaux puis au service Communication où il devient photographe. Photographe indépendant depuis 2013, très attaché à la construction navale, il arpente de jour comme de nuit les ateliers et immortalise le travail des techniciens, des ingénieurs, grutiers, soudeurs, charpentiers, électriciens, menuisiers, décorateurs…

Tout savoir sur l’Harmony of the Seas (photos et vidéos, secrets et anecdotes, vie à bord…  c’est par ici 

Transatlantique Cunard : des traditions méconnues à découvrir

7 traditions pour 7 jours de traversée

A bord des paquebots de la Cunard, une transatlantique est une traversée comme aucune autre. Les 6 à 7 jours passés en mer permettent de découvrir des traditions qui se perpétuent au fil du temps.

Embarquer en se faisant accueillir par les grooms en uniforme traditionnel

Dès la salle d’embarquement vous commencerez à repérer les membres d’équipages chargés de votre accueil à bord. Leur uniforme rouge donne le ton de croisières empreintes de raffinement où le poids des traditions est encore bien présent.

Fêter le départ au Champagne sur les ponts

Un départ de Transatlantique sur un paquebot de la Cunard reste mythique. Quand l’heure de larguer les amarres arrive, l’équipage s’active : service du champagne sur les ponts et distribution de drapeaux anglais aux passagers. Le paquebot quitte le port et on trinque en agitant son drapeau lorsque la sirène retentit.

Danser avec les Gentlemen dance hosts lors des soirées de gala

Faciles à reconnaître, les Gentlemen dance hosts portent un smoking blanc agrémenté d’un badge de la compagnie. Ces messieurs sont ici pour faire en sorte que les femmes seules puissent disposer d’un cavalier pour danser le moment venu.

Chris nous en dit plus sur les Gentlemen dance hosts

Queen Mary 2 - Gentleman Dance Host

Chris Gentleman Dance Host

Bonjour Chris, peux-tu m’en dire plus sur ta mission de Gentleman dance host.

Chris : Ce service fait partie des traditions qui se pratiquent sur les navires de la Cunard. Nous sommes là pour que les passagères qui voyagent seules passent de bons moments à bord. Nous les invitons à danser pour qu’elles puissent, comme tout le monde, profiter de la soirée. Bien entendu, ce service est gratuit.

N’y a-t-il pas un jeu de séduction entre les Gentlemen dance hosts et les passagères ?

Chris : Il n’y a pas d’ambiguïté. Nous ne sommes là que pour les faire danser et nous n’avons pas le droit de faire danser deux fois de suite la même femme. Ainsi, elles ont toutes la possibilité de danser avec chacun d’entre-nous et nous ne privilégions personne en particulier.

Est-ce que Gentleman Dance Host est un métier ou un plaisir ?

Chris : C’est avant tout le plaisir de voyager qui m’a attirer vers cette activité. Pour moi ce n’est pas un métier, car nous sommes bénévoles. Nous avons notre cabine avec les membres d’équipage, nous avons des horaires et des activités à respecter : les cours de danse la journée, les soirées dansantes… mais nous pouvons profiter des espaces publics en dehors de ces moments. Bref, il n’y a que des avantages. Et danser avec les passagères, c’est aussi très plaisant car nous rencontrons des personnes sympathiques qui apprécient de ne pas se retrouver complètement seules lorsqu’elles voyages.

Traverser l’Atlantique avec son animal de compagnie

Le Queen Mary 2 est le seul paquebot à disposer d’un chenil. Dans le respect des traditions Cunard depuis des dizaines d’années, la compagnie permet ainsi le transport des animaux de compagnie uniquement lors des traversées transatlantiques. En 2016, le chenil pourra accueillir 22 passagers à quatre pattes. Un réverbère et une bouche à incendie feront également leur apparition dans l’aire de jeux des toutous. Le tarif est d’environ 700$ par animal pour une transatlantique.

Echange avec Oliver, responsable du chenil sur le Queen Mary 2

Bonjour Oliver, comment devient-on responsable du Chenil ?

Oliver : La compagnie Cunard m’a formé pour prendre en charge cette fonction. J’ai appris à connaître les différentes races de chiens et surtout les différents caractères. Cela m’aide beaucoup dans mon travail. Certains sont très câlins, d’autres indépendants mais souvent, ils sont assez gourmands. Quand il y a du vent dehors ou qu’il fait trop froid, je leur mets un petit manteau qui est offert par la compagnie.

Les chiens dont tu t’occupes font-ils l’exercice de sécurité avant le départ du bateau ?

Oliver : Oui, bien sûr. C’est très important. Tous les passagers qui viennent avec leurs animaux y participent. Ils ont rendez-vous au chenil avec leur gilet de sauvetage et moi je leur donne celui de leur chien qu’ils doivent savoir leur mettre. Quand on voyage en paquebot, il faut que tout le monde soit prêt à faire face à ce type de situation.

Est-ce que tu as déjà eu à t’occuper d’autres animaux à bord ?

Oliver : Se sont principalement des chiens, mais il y a parfois des chats. Mais ils n’ont pas le droit d’aller se promener sur le pont, ce serait trop dangereux car ils grimpent partout. Les chiens, peuvent jouer à la balle avec moi ou avec leur maître.

Ont-ils des repas spéciaux ?

Olivier : Je leur donne une nourriture variée. Avant de me confier leurs animaux, les maîtres me disent à quelle heure ils souhaitent que je les nourrissent et si je dois leur faire suivre un régime spécifique. Certains ne mangent que de la nourriture sans gluten par exemple, d’autres ont doit à des petites friandises comme du fromage ou des biscuits.

Pendant la Transatlantique, les maîtres peuvent-ils voir leur chien ?

Oliver : Des permanences sont ouvertes dans la journée pour que les propriétaires puissent leur rendre visite. Les maîtres ne manquent aucun rendez-vous avec leurs animaux pendant les horaires d’ouverture du chenil et le dernier horaire est celui du petit bisou du soir avant d’aller se coucher.

Assister à la cérémonie de la cloche à 12h

Tous les jours à midi un officier vient sonner la cloche située dans le Grand Lobby.

Ce cérémonial qui marque les changements de quarts, est suivi par l’annonce des informations sur la navigation faite par le Commandant.

Participer au Tea time

Le rituel du « tea time » anglais reste immuable et est servi de manière impeccable par des serveurs en gants blancs. L’afternoon tea a lieu tous les jours à 15h30 dans la Queens Room (la salle de bal). L’entrée des serveurs est saluée par les passagers qui ne manquent de rien pendant cette pause gourmande : scones, sandwiches, petits fours…

Soirée de gala et smoking de rigueur

Par respect des traditions, le port de tenues de soirée est de rigueur les soirs de gala. Smoking et belles robes pour ces dames contribue à l’ambiance particulière qui règne à bord.

Publié par Corinne Ancion

Le paquebot Queen Mary 2 à Saint-Nazaire: The Bridge, une transatlantique historique

Le pari fou de The Bridge 2017

The Bridge logoCélébrer 100 ans de fraternité entre la France et les États-Unis avec des événements inédits autour d’une transatlantique mythique entre Saint-Nazaire et New York, tel est le pari fou de The Bridge 2017.

La transatlantique du centenaire est aussi une course unique entre le Queen Mary 2 et des maxi multicoques qui s’affronteront dans un contre-la-montre original et symbolique, entre le pont de Saint-Nazaire et le pont Verrazano de New York.

Queen Mary 2 - New Yotk

C’est Damien Grimont qui a eu l’idée de ce projet. Bien connu des marins, cet ancien coureur au large a remporté la Mini-transat en 1991 et a participé à des courses prestigieuses comme la Route du rhum, la Transat Jacques Vabre ou encore la Solitaire du Figaro. C’est également l’organisateur d’événements nautiques comme le Record SNSM, la Solidaire du chocolat…

Patrick Boissier est aujourd’hui Président de l’Association The Bridge. Président des Chantiers de l’Atlantique, lors de la construction du Queen Mary 2 et actuellement Président du GICAN (Groupement des Industries de Construction et Activités Navales), ses contacts privilégiés avec Cunard et dans le domaine du shipping ainsi que ceux de Francis Vallat, le vice-président, permettent à l’association The Bridge de s’entourer des acteurs et sponsors nécessaires pour l’événement.

Patrick Boissier répond aux questions d’Escale Croisière

Pourquoi avoir choisi Saint-Nazaire pour le départ de la course ?

Patrick Boissier, Président de The Bridge

Patrick Boissier Photo©Thierry Martinez

« Cet événement est organisé pour célébrer l’amitié franco-américaine à l’occasion du centenaire de l’arrivée des troupes américaines en France en 1917. On le sait trop peu, mais deux millions de soldats américains sont arrivés en France et essentiellement à Brest et Saint-Nazaire. C’est plus de soldats que pour le débarquement de 1944.

Le Queen Mary 2 a été construit à Saint-Nazaire. Ses habitants et toute la région ont un attachement particulier au navire avec un lien très fort et chargé d’émotion. La ville était donc toute désignée pour accueillir cet événement. »

Le paquebot Queen Mary 2 reviendra à Saint-Nazaire pour la première fois
depuis sa construction le 24 juin 2017.

Qu’est-ce qui fait de The Bridge un événement exceptionnel ?

«  Le Queen Mary 2 a été affrété intégralement. 2 500 personnes, particuliers et entreprises, peuvent dès à présent réserver leur cabine. Ce sera l’unique occasion de faire une transatlantique dans un environnement complètement différent d’une traversée classique. Cette croisière sera essentiellement francophone, avec une moyenne d’âge inférieure à l’accoutumée et dont l’ambiance sera emprise de l’influence américaine : conférences, concerts, démonstrations de baskets…

Le 24 juin, Queen Mary 2 entrera dans la forme Joubert de Saint-Nazaire. Les passagers en escale pourront profiter de toutes les célébrations organisées pour l’occasion.

Le 25 juin, Queen Mary 2 se positionnera devant le Pont de Saint-Nazaire d’où la course sera lancée, escortée par des navires de guerre invités pour l’occasion. »

The Bridge 2017

Pourquoi inscrire cette course autour d’un événement historique ?

« L’idée originale est là, célébrer l’amitié franco-américaine. Il ne faut pas oublier que le débarquement des soldats américains en 1917 en France a changé le cours du premier conflit mondial. Avec eux sont arrivés le jazz et le basket, deux thématiques également au cœur de l’événement The Bridge qui compte de nombreux concerts et tournois. »

Etes-vous croisiériste et passionné de paquebots ?

« Je suis techniquement passionné par les paquebots et j’ai eu l’occasion de faire beaucoup de croisières inaugurales ou de croisières courtes au moment de la livraison des paquebots. J’ai bien entendu déjà fait la transatlantique avec le Queen Mary 2 et c’est d’ailleurs quelque chose d’absolument fabuleux. »

Première transatlantique Saint-Nazaire – New York

Une transatlantique est un voyage mythique. Avec The Bridge, la traversée prend une dimension supplémentaire et historique. Les croisiéristes pourront découvrir un univers à part, celui des traditions de la Cunard – voir l’article : Transatlantique Cunard : des traditions méconnues à découvrir – le tout sur un paquebot d’exception : voir la visite et la vie à bord du QM2.

La transat du centenaire du débarquement américain

Une course exceptionnelle entre le Queen Mary 2 et des maxi multicoques

C’est le dimanche 25 juin 2017 que le prestigieux « liner » sera sur la ligne de départ. Le plus rapide des paquebots affrontera les plus grands et plus rapides voiliers de course de la planète, les maxi trimarans. Les skippers François Gabart – Macif, Thomas Coville – Sodebo, Yves Le Blévec – Actual ou encore Yann Guichard et Dona Bertarelli avec Spindrift 2 – le plus grand multicoque de course jamais construit – sont d’ores et déjà inscrits pour cette course.

Qui arrivera en premier à New York, le Queen Mary 2 ou l’un des maxi multicoques ? A 25 nœuds de moyenne et pendant minimum 6 jours, les trimarans auront fort à faire pour rivaliser avec le Queen Mary 2. Sur le paquebot, les croisiéristes vivront en direct l’événement grâce aux PC course et media installés sur le Queen Mary 2.

Le « Club des 100 » pour les entreprises

Logo Le Club des 100 - The BridgeLes organisateurs de The Bridge souhaitent faire de 2017 une année clé de l’Histoire entrepreneuriale. Pour ce faire, ils lancent le Club des 100. Cent entreprises sont ainsi invitées à prendre part à l’aventure pour réfléchir à un avenir meilleur et durable. Ce Club de haut niveau permettra à ses membres de montrer leur volonté d’échanger et d’agir ensemble, grâce à leur association publique lors de ce voyage unique.

Les participants assisteront à des conférences attractives de philosophes, historiens ou économistes, autour de 100 ans d’échanges entre la France et les États-Unis. Ils valoriseront leur image auprès de nombreux décideurs, rencontreront des pionniers des nouvelles formes d’entreprise, échangeront avec un réseau d’entrepreneurs innovants et visionnaires et croiseront leur regard avec le monde des arts.

Jazz et basket, la culture américaine à l’honneur

Le programme ambitieux de cette traversée a également pour objectif de revenir sur 100 ans d’influence américaine à travers le sport et la musique. Symboles de la culture nord américaine et de la fraternité qui unit les deux continents, le basket et le jazz sont aussi au cœur des festivités, de Saint-Nazaire à New York, en passant par Brest, Lorient, Vannes et Nantes.

Tony Parker - The Bridge 2017Le championnat du monde de basket 3×3 et des festivals de musiques américaines se tiendront dans le Grand Ouest. 

Séduit par le concept, Tony Parker, joueur emblématique de l’équipe de France de Basket et de la NBA, est le parrain d’exception de The Bridge. Né d’un père américain et d’une mère européenne, il est un véritable symbole de l’amitié franco-américaine. Il sera présent sur les principaux rendez-vous de l’événement.

Une arrivée remarquée à New York

L’arrivée du Queen Mary 2 aux Etats-Unis, éclairée selon la tradition par la lumière de la statue de la Liberté, elle-même symbole et fruit de l’amitié franco-américaine, sera aussi l’occasion de belles manifestations célébrant l’esprit de The Bridge.

Queen Mary 2 - New York avril 2005

The Bridge 2017 – Calendrier des événements

A Nantes du 17 au 21 juin 2017

  • Exposition des maxi trimarans dans la Cité des Ducs
  • 4ème championnat du monde de Basket 3×3 – Finale le 17 au 21 juin
  • Animations autour du jazz et du basket

Brest – Lorient du 22 au 24 juin

Réunie à Brest, une flotte exceptionnelle, composée de navires battant le pavillon d’une douzaine de nations*, célèbrera en mer, et le long des côtes en passant notamment par Lorient, la victoire de la paix. Elle viendra saluer le célèbre paquebot et l’escortera jusqu’à son port d’origine.

*Les pays invités par la Marine Nationale : États-Unis, Grande-Bretagne, Belgique, Canada, Irlande, Portugal, Italie, Grèce, Brésil, Roumanie, Allemagne.

Croisières Transatlantique du Queen Mary 2

  • 22 juin – Embarquement des croisiéristes à Southampton
  • 23 juin – Escale et embarquements à Cherbourg
  • 24 juin – Escale à Saint-Nazaire
  • 25 juin – Départ de la traversée du centenaire et de la course entre le Queen Mary 2 et les multicoques
  • 1er juillet – Arrivée du Queen Mary 2 à New York – Brooklyn Terminal 

A Saint-Nazaire du 22 au 25 juin 2017

  • 22 juin – Descente de la Loire par les multicoques pour rejoindre le port de Saint-Nazaire
  • 24 juin – Le paquebot Queen Mary 2 revient pour la première fois depuis sa construction à Saint-Nazaire
  • 25 juin – Grand départ du défi entre les maxi trimarans et le Queen Mary 2 à quelques encablures le pont de Saint-Nazaire
  • Présence de navire de guerre pour l’arrivée du Queen Mary 2 à Saint-Nazaire ainsi que pour escorter le départ de la course
  • Concerts de jazz en ville et à bord du paquebot

New York du 1er au 5 juillet

  • 1er juillet arrivée du Queen Mary 2 au Brooklyn terminal
  • Du 1er au 5 juillet arrivée des maxi trimarans

Vannes, « L’épilogue »

  • 25 juillet retour aux sources des maxi trimarans

En savoir plus sur l’histoire de the Bridge

30 octobre 2015 – lancement du projet The Bridge

The Bridge 2017  est lancé officiellement par Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense et Président d’honneur du comité de soutien de l’événement. « Depuis l’expédition de La Fayette, un même combat rapproche nos deux nations, le combat de la liberté », rappelle Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense et Président d’honneur du comité de soutien de The Bridge 2017. « À l’approche des cent ans de l’entrée des américains dans la Première Guerre mondiale, il était important de jeter à nouveau un pont d’histoire et de culture, de mémoire mais aussi de fête, entre les deux rives de l’Atlantique. C’est toute la force du projet The Bridge que de réunir une fois de plus nos deux peuples et d’évoquer, à l’occasion de grandes manifestations populaires, l’expression centenaire d’une solidarité qui continue de résonner au présent. »

Les membres de l'association The Bridge avec Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense

Les membres de l’association The Bridge avec Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense

1er septembre 2016 – signature de l’affrètement du Queen Mary 2

C’est à Southampton que les représentants de The Bridge et de la compagnie Cunard signent la convention d’affrètement du Queen Mary 2.

Signature de l'affrètement du Queen Mary 2 - Southampton 1er septembre 2016

De gauche à droite : Francis Vallat, Vice-Président de The Bridge, Yves Gillet, PDG Groupe Keran, David Dingle, Président de la Compagnie Cunard, Fred Vroom, juriste, Patrick Boissier, Président de The Bridge, Frédéric Marchand, juriste, Damien Grimont Organisateur de The Bridge et Jean-Marie Biette Secrétaire de The Bridge. Photo©Thierry Martinez

Lien vers le site de The Bridge 2017

Autres articles sur le Queen Mary 2

Article publié par Corinne Ancion

Croisière : en savoir plus sur la CLIA

Sur le blog, je reprends régulièrement les communications de la CLIA mais je ne vous ai jamais présenté cette association pourtant incontournable dans le monde de la croisière. Et pour cause, c’est grâce à elle, que je peux vous présenter chaque année les chiffres de la croisière en Europe et dans le monde. Le croisiériste ne la connaît pas forcément car c’est une association professionnelle mais vous allez voir qu’indirectement elle s’assure que nos croisières se passent sous les meilleurs auspices.

Que signifie CLIA ?

On dit/lit souvent « la CLIA » mais cet acronyme signifie plus concrètement : Cruise Lines International Association.

Qu’est-ce que la CLIA ?

Logo Clia FranceC’est la plus grande association professionnelle des industriels de la croisière. Avec ses 15 bureaux dans le monde, la CLIA est présente en : Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe, Asie, Australasie. En tant que principale autorité de la communauté mondiale de la croisière, elle exprime la voix unifiée de toute l’industrie de la croisière.

Quelle est la mission de la CLIA dans l’industrie de la croisière ?

Nous sommes plus de 23 millions de croisiéristes à choisir ce type de voyages pour nos vacances. La mission de la CLIA c’est de soutenir les politiques et les pratiques qui vont favoriser la croisière. Pour cela, elle va s’assurer que les voyages s’opèrent dans un environnement sûr et sain tant au niveau de la sécurité que du respect de l’environnement.

« La mission de CLIA est d’être une organisation mondiale unifiée qui soutient ses membres dans la défense, l’éducation et la promotion des intérêts communs de la communauté de la croisière » – Source CLIA France

Bien sûr, elle participe à la promotion de la croisière. A titre d’exemple, la CLIA organise l’opération « J’aime la croisière » qui nous permet d’avoir les meilleures offres croisière du moment. Une opération qui se déroule au printemps et à l’automne chaque année.

CLIA - J'aime la croisiere - Celebrity Constellation - Adventure of the Seas

CLIA accompagne les compagnies dans leur participation à des salons grands publics et également ceux destinés aux agents de voyages. Elle forme également ces derniers qui ne sont pas tous spécialisés dans la croisière. Les agents qui participent aux programmes de la CLIA peuvent obtenir la certification Expert Croisières, un gage de sérieux et de bonne connaissance de la croisière.

Regal Princess - CLIA - Learning Academy

Chaque année, la CLIA présente des études sur l’industrie de la croisière. Ces dernières permettent aux compagnies et agents de mieux connaître les croisiéristes, leurs attentes et qui présentent les grandes tendances de ce marché en pleine croissance.

Qui sont les membres de la CLIA ?

Sympa cette assoc’ me direz-vous ? Comment puis-je peux adhérer… j’ai déjà plus de 45 croisières au compteur, je suis forcément intéressé😉 La CLIA ce n’est pas un programme de fidélisation pour croisiéristes. Comme je le disais plus haut c’est une association de professionnels et pas de passionnés ou de croisiéristes.

Les membres de CLIA sont des compagnies de croisières maritimes et fluviales mais on trouve également des constructeurs de navires, des ports, des CCI, des offices du tourisme, des agents et opérateurs de voyages…

CLIA est représentée en France par George Azouze – président de CLIA France (également président de Costa Croisières France) et par Cédric Rivoire-Perrochat, directeur général.

CLIA Team 2015

Au 1er plan : Cédric Rivoire-Perrochat, directeur général de CLIA France, Antoine Lacarrière, directeur général de Croisières de France et Georges Azouze, président de CLIA France. L’équipe est entourée des représentants de compagnies de croisières et des ports de France membres de la CLIA

Cinq questions à Cédric Rivoire-Perrochat

Cédric Rivoire-Perrochat, Directeur Général de CLIA France ©Clia France

Directeur général de CLIA France  et également passionné et croisiériste lui-même, Cédric a chaleureusement accepté de répondre à quelques-unes de mes questions sur l’avenir de la croisière, le développement des compagnies mais aussi sur ses préférences en tant que croisiériste ou encore son point de vue sur le partage d’expérience sur les réseaux sociaux.

Comment vois-tu l’avenir de la croisière en France dans les 5 prochaines années ?

« La France dispose d’un potentiel de croissance exceptionnel. Nous avons assisté ces dernières années à une véritable dynamisation du marché grâce notamment à l’arrivée de nouveaux navires et de nouvelles compagnies. On aurait pu craindre que la crise économique traversée à partir de 2008 aurait eu un impact négatif, mais c’est le contraire qui est arrivé. Le marché a doublé sur la période et à montrer une véritable résilience aux facteurs extérieurs. Cette croissance devrait se poursuivre dans les années à venir, et le cap du million de passagers devrait être franchi à l’horizon 2020. L’industrie de la croisière est donc très confiante pour les années à venir. »

Les compagnies construisent de plus en plus de paquebots, qu’est-ce que cela va apporter aux croisiéristes ?

« Le choix, ou devrais-je préciser une multitude de choix. Jamais auparavant les carnets de commandes des chantiers n’avaient été aussi bien garnis. On pense souvent qu’il n’y a que des géants des mers en construction, et pourtant, tous les types de croisières sont concernés : depuis le petit paquebot expédition, à l’unité de luxe ou le grand club flottant, les navires qui seront lancés dans les prochaines années sont à l’image de la croisière, ancrés dans la diversité. Les croisiéristes d’aujourd’hui et de demain auront toujours plus de choix en matière d’activités à bord, de restauration, d’animations et ne l’oublions pas, de destinations car c’est le but même de vacances en croisière : découvrir des escales et des pays. Les compagnies de croisières ne cessent d’innover et de surprendre, brisant les images souvent ringardes que l’on avait des vacances en croisière. Ne doutons pas que les futurs navires, petits ou grands, sauront attirer les regards et les passagers de tous horizons. »

Nassau - Western esplanade beach

Nassau – Bahamas

En tant que croisiériste, tu es plutôt gros paquebots ou petits navires ?

« Je n’ai pas de préférence établie. J’aime les grands paquebots pour leur profusion d’activités, de spectacles et d’offres gastronomiques, idéal pour des vacances en famille ou en bande de copains car toutes les générations trouveront à bord ce qui leur plait. Mais j’aime aussi les navires plus intimes pour des croisières où le temps à moins d’emprise, où la vie semble plus apaisée et permettent de réaliser d’autres escales. En fait tout dépend de l’accent que l’on veut mettre sur ses vacances : romantique, dynamique, découvertes… La diversité de la croisière est telle que j’ai encore beaucoup de compagnies à tester :-) »

Les croisiéristes sont hyper connectés. Quel est le point de vue de la CLIA sur le partage d’expérience croisière sur les réseaux sociaux ?

« Internet, les réseaux sociaux, etc. … : nous vivons dans un monde de l’instant, où tout doit être partagé rapidement, quel que soit l’endroit où l’on se trouve (même au milieu de l’océan). Et ceci est d’autant plus vrai aujourd’hui avec l’apparition de nouvelles applications qui diffusent en live. L’importance des réseaux sociaux est donc primordiale aujourd’hui et on le voit dans la manière dont les clients communiquent autour de leurs vacances (en croisière ou non). Récit de voyages, tests service ou destinations, le client est bien souvent devenu le premier indice de satisfaction des opérateurs de tourisme. Tout le monde, dont CLIA, s’adresse au client final soit par blog, soit par les réseaux sociaux, afin de faire passer les messages importants mais aussi les idées d’évasion et de découvertes. »

Réseaux sociaux croisière - Celestyal - Holland America Line

Pour toi, que peut apporter un réseau comme Escale Croisière ?

« Vous avez la chance de pouvoir découvrir de nombreux navires et de nombreuses destinations. Vos récits, votre approche de la découverte à bord ou à terre, vous offre une porte ouverte sur le partage de votre passion et de votre analyse d’un mode de vacances finalement encore méconnu, même si l’on parle de plus en plus de la croisière maritime et fluviale. En tant que passionnés, vous pouvez toucher directement les croisiéristes acquis, les primo croisiéristes ou encore ceux qui le deviendront. Donc pouvoir leur offrir de nombreuses informations, détails et répondre à leurs questions tel que vous le faites, est une richesse pour toute personne à la recherche de vacances en mer ou sur les fleuves. »

Article publié par Corinne Ancion